{Carnet de voyage} Bloqués à NY : merci Norwegian…

Je vous le disais hier, notre avion de retour en France, prévu le 4 janvier, a été annulé. New York a été balayé par une tempête (que les américains ont appelé « bombe cyclonique », ça vous donne une idée de la violence de celle-ci). Température glaciale + vent + neige ne font pas bon ménage, et 4200 vols ont été annulés en 24h… Evidemment, le nôtre avec la compagnie Norwegian était concerné.

Bomb cyclone new york

Je vous raconte notre histoire non pas pour râler, car des incidents liés à la météo, ça arrive. Je vous raconte tout cela surtout pour que vous ne vous fassiez pas avoir comme nous : ne faites pas confiance à votre compagnie aérienne, et dès l’annulation de votre vol, commencez à regarder quelles sont vos alternatives.

Notre vol était prévu à 23h, annoncé avec 3h de retard, mais annoncé tout de même. Du coup, nous sommes quand même allés à l’aéroport. Arrivés sur place à 20h, plus aucun vol ne décolle et nous avons été conduits en bus dans un hôtel de Long Island (soit à plus d’1h de route de l’aéroport). A 22h dans notre chambre d’hôtel, les enfants ont faim, ont soif, et… il n’y a rien à boire ni à manger à l’hôtel. On est dans une zone résidentielle, avec certes un centre commercial à proximité mais TOUT est fermé. Chéri se rabat au 7-eleven du coin, seul magasin ouvert, pour nous ramener des chips et autres bricoles à grignoter. On rigole, on se dit qu’on se souviendra de cette soirée, et on se couche en mettant le réveil à 6h du matin. Et oui, puisque le guichet de Norwegian rouvre à l’aéroport à 7h, nous sommes persuadés que nous partirons dès le matin à l’aéroport pour prendre un autre vol.

IMG_1676
Comme nous avons été naïfs ! Il faudra attendre le milieu d’après-midi pour que l’hôtel nous dise « vous avez été prolongés d’une nuit par la Norwegian ». Les lignes téléphoniques de la compagnie sont saturées, et en France, on annonce à nos proches qu’un vol va être affrété soit ce vendredi, soit samedi pour rapatrier tous les français concernés par l’annulation du vol DY7020. On y croit, on fait confiance… Mais lorsque samedi matin, on ne voit toujours pas l’ombre d’un retour en France, on commence à un peu tous s’inquiéter.  Nous sommes samedi, il faut absolument qu’on soit rentrés avant dimanche soir : Chéri a un déplacement professionnel important lundi, j’ai une formation à assurer lundi dès 9h, accessoirement les enfants doivent retourner à l’école… Bref, il FAUT que nous repartions ! Et on commence à sérieusement s’ennuyer dans cet hôtel de Long Island, on a de la bonne compagnie (parce qu’on est beaucoup à attendre nos vols, on fait connaissance, on rigole, mais les journées sont longues…).

On arrive enfin à avoir la compagnie aérienne au téléphone. Celle-ci nous annonce qu’aucun vol n’est prévu pour nous (ah bon ? Mais pourquoi l’avoir annoncé alors ? Pour nous faire patienter…), qu’on peut soit annuler notre vol de retour, soit prendre un autre vol Norwegian dans lequel il y a de la place.
Replaçons donc les choses dans leur contexte :
1. Si on annule, on doit reprendre un vol. Nous sommes alors le 6 janvier, veille de la rentrée des classes, des dizaines de vols vers Paris ont été annulés, et les premiers prix s’élèvent à… 1500 euros. A multiplier par 4 donc, c’est impossible pour nous de choisir cette option.
2. Il y a certes des places dans les vols réguliers, mais on refuse de nous les attribuer. Pourquoi ? Parce que ce sont soit des places en business, soit des places en classe économique mais à un tarif supérieur à celui que nous avions.
Je râle un peu (beaucoup même… Ca fait quand même 48h, à ce moment-là, qu’on attend en vain de pouvoir rentrer chez nous sans aucune information). On nous propose donc de rentrer par le vol de… jeudi soir. Jeudi 11 janvier, soit 1 semaine après notre supposé départ. Je rigole (jaune), leur explique gentiment que c’est IMPOSSIBLE pour nous de partir jeudi 11 janvier, je râle beaucoup et comme par magie, 4 places sont débloquées sur le vol de lundi soir. Soit 4 jours après notre supposé départ.

IMG_1683

La morale de cette histoire ? Nous déplorons le manque d’information total de la part de Norwegian. Certes, ils ne sont pas responsables des conditions météorologiques. Mais ils nous ont menti sur le pseudo vol affrété vendredi ou samedi, ils ne nous ont donné aucune information et surtout, si on ne râlait pas, on ne partait pas ! Si on avait su, dès le vendredi matin on aurait fait scandale auprès de la compagnie pour repartir dès que possible, et on aurait peut être pu partir dans le week-end… D’autres personnes de notre vol Norwegian du 4 janvier ont pris des billets dans d’autres compagnies à leurs frais, d’autres encore ont accepté les retours à partir du 11 janvier… Tout cela en sachant que les vols des jours précédents n’étaient pas plein, ce qui est inadmissible !

Nous avons donc décollé lundi soir, pour arriver chez nous mardi en début d’après-midi. Ces 4 jours de rab’ à New York nous ont coûté de l’argent, ils nous ont fait perdre du temps, ils nous ont fait annuler des impératifs professionnels et autres impératifs personnels. Bref, il est maintenant temps de passer aux réclamations. Nous espérons au minimum être remboursés des frais engendrés pendant 4 jours (hôtel, repas, taxis, téléphone…), et allons faire une réclamation pour toucher un dédommagement (Chéri a dû poser des RTT pour ses 2 jours supplémentaires d’absence, j’ai dû me faire remplacer pour mes cours, etc etc). On croise les doigts !

Bon, et le positif dans cette histoire ? C’est qu’après 2 jours à Long Island, lorsque nous avons ENFIN eu une date de retour, nous sommes retournés à Manhattan. Histoire de terminer ce séjour sur une note un peu plus positive ! Je vous raconte cela dès demain !

IMG_1692

(Mon appareil était rangé dans la valise pendant ces 48h, du coup je n’ai pas pris de photos. En même temps, il n’y avait rien à voir :) )

Mes autres articles sur New York :
Jour 1 : Musée d’histoire naturelle, Central Park, Time Square, 
Jour 2 : Empire State Building, Chelsea Market, Greenwich village, High Line
Jour 3 : Messe gospel, Central Park, nouvel an
Jour 4 : Patinoire de Central Park, MoMA, Grand Central Terminal, Top of the Rock
Jour 5 : Brooklyn, Chinatown, Brooklyn Bridge
Jour 6 : Statue de la liberté, Empire State Building, One Tower
Jour 7 : New York et la bombe cyclonique

Jours 8 et 9 : Bloqués à Long Island
Jours 10 et 11 : Prolonger le séjour 
New York en vidéo
New York : informations pratiques

9 Comments

  1. Mademoiselle Farfalle 18 janvier 2018

    J’espère pour vous que vous serez remboursés des frais engendrés. Suite à nos gros soucis avec Air Canada l’année dernière, on a rien eu du tout!

    Répondre
    • Alicia 23 janvier 2018

      Tu es passée par un site spécialisé pour le remboursement ? Car normalement il me semble que tu aurais dû toucher quelque chose.
      Oui au minimum nous serons remboursés d’une partie des frais.

      Répondre
      • Mademoiselle Farfalle 23 janvier 2018

        On nous a dit que comme le souci s’était produit sur le territoire canadien et qu’on nous avait trouvé un vol, en gros on avait pas à se plaindre. Et Air Canada nous a gentiment offert 10% de rabais sur un prochain vol…

        Répondre
  2. Les Petites M 18 janvier 2018

    ah ah! j’adore la dernière phrase! L’appareil photo était rangé, en même temps il n’y avait rien à voir 😉
    Gros bisous et force et patience pour la procédure!
    Marion

    Répondre
    • Alicia 23 janvier 2018

      Ben oui, il y a plus fun qu’un hôtel dans la campagne new yorkaise ! Hi hi :)
      Merci Marion ! Ca va être long mais ça devrait être positif :)

      Répondre
  3. Lucky Sophie 18 janvier 2018

    Pff j’ai l’impression que ça se passe toujours comme ça quand il y a un gros imprévu, quelque soit la compagnie et qu’il n’y a qu’en râlant plus fort que les autres qu’on obtient ce qu’on veut. Courage pour les démarches !

    Répondre
    • Alicia 23 janvier 2018

      Oui malheureusement ! Et on se dit que si nous ne parlions pas anglais et n’avions pas les moyens d’avancer de l’argent, nous aurions pu être bloqués plus d’une semaine. C’est dingue ! Merci.

      Répondre
  4. Isabelle 18 janvier 2018

    Justement j’allais te demander comment était cette compagnie !! Il existe cependant d’après la convention de Montréal une règle sur les indemnisations passagers et la prise en charge de l’hébergement des passagers . Cependant, la compagnie peut se mettre en cas de force majeure. Pour la petite histoire, lors de l’éruption du volcan islandais , le vol de mon fils avait été annulé et j’avais quand même reçu une indemnisation d’Air France même si c’était indépendant de leur volonté. N’hésites pas à envoyer un mail avec tous tes frais et demander une compensation !! Bon courage

    Répondre
    • Alicia 23 janvier 2018

      Merci ! Nous avons rejoint un collectif pour défendre nos droits. Ce sera long mais l’issue devrait être positive.
      Sinon, mis à part le service client déplorable, la compagnie en elle-même est tout de même bien. Les avions sont modernes, avec télé, stewards et hôtesses sympathiques.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *